Montreal International Triathlon 2017 (EN)

This year the Montreal International Triathlon had a taste of revenge. Last year, I finished the standard distance race in 4th place, and let’s be honest 4th is the worst. I’d rather be 5th than 1 place off the podium! So leading up to this year’s event, I had done more speed work on the run and build more power on the bike. This year’s objective was clear, get on the podium!

IMG_1301

So on a very cold Sunday morning, I set my stuff in transition, double check everything and wait as long as possible to get my jacket off and head for the swim “warm-up”. As I was heading down to the dock the wind kind of pick up and the clouds came in to block the sun, it was cold. By chance, I spotted two teammates who were there as spectators, Patrick lent me his coat which really helped stop my shivering. The swim warm-up was nice, water temperature was 22.9C perfect for a non-wetsuit swim.

At 8:03 sharp, the horn went off and we were in the water for the 1.5K swim in the old port of Montreal. The swim course was 2.5 loops. With only the turn buoys, 300M apart, for us to sight.  The wind really messed things up during the swim. On top of fighting it, it made the usually calm water very choppy and it pushed one of the buoys off course by a couple of 100M meters. I managed to stay calm and in control, swimming smooth and strong to exit the water, 2nd in my age group.

IMG_1313

Transitions are where you can get free time. By doing a clean and fast transition, you can cut seconds and even minutes on your overall race time, and that was my plan ! And the plan worked, I got out of transition #1 in 1rst place. Once on the bike I had to push hard for the whole 8 laps (40KM) of the quite technical course. Loads of turns, some fast, some tight and slow, some uphills and some downhills. I also had to take advantage of my bike handling skill to maintain or even build my gap to second place. I hit every turn as fast as I could, lapping slower athletes in the process. After 1hour and 7min it was time to check into transition #2.

Again, my transition from bike to run needed to be super fast and it was !

  1. Bike racked
  2. Helmet off
  3. Running shoes on
  4. GO

Simple and super fast! Only 10K of running left, my legs were feeling a bit heavy and I was not running as fast as I should have. But I kept calm and looked at every left calf of runners passing me because that’s where we have our age group written with sharpies. I could not let more than one M40-44 calf pass me! With 6K to go one of my fellow age groupers went by me and I could not keep up with him. I kept running and I was minding myself to fight the next M40-44 calf that was going to catch me. On the final lap of 4, with about 1K to go, I started hearing heavy breathing very close behind me. With 500M to go it happened, the heavy breather was in my age group and he was now running beside me. I kept up with his pace, saving some energy for the final sprint. At 250 meter to go, where we have to go left to take another lap or right to the finish chute, I was just about to push hard with all the energy left in me, when he took an other lap and I ended up alone on the blue carpet on my way to the finish line. I took a second look back, no one in sight. Therefore, I slowed down and enjoyed, for the first time, a finish line with no one in front to catch or no one behind to fight. It was good fun!

IMG_1304 (1)

I finally broke the curse of the 4th place finish in a triathlon, with a very satisfying silver medal at an ITU event.

Big thanks to Squad Cycle for prepping a fast bike, the AON/Squad team for the support, the Trifort club members who came to cheer me on and finally a very special shout out to Patrick who’s jacket kept me from hyperthermia !

GOPH7338

 

Advertisements

Bromont Ultra 2016 (EN)

Running for a belt buckle … A podium at the Bromont Ultra 12k was a great way to end my 2016 race season !

I love trail running and I love Bromont, the two came together at the end of my triathlon season. I always try to fit one trail running event to close the year. When I signed up my daughter (#1 fan) for the Bromont Ultra 2k run, I also signed up for the longest distance available that day… 12km ! I really wanted to do a longer (way longer) distance, but we had other family stuff planned that weekend so I was going to run the 12k at 14:00 and #1 fan would run her longest distance ever at 16:30.

img_0545

 

With the ironman post race recovery, I really did not run much in September. For sure I logged some KM, but it was mostly easy runs chatting with training partners. It took about a month after Ironman Mont-Tremblant to find my running speed again, I had only done one speed workout between August and October. And since the shorter the distance, the faster the speed, I had absolutely no expectation coming into this event. The plan was to spend a nice afternoon in Bromont, have fun in the trails and cheers for my #1 fan !

 

At the race meeting, just before the start, the organisers said that the first 5 finishers were getting a custom belt buckle by ZCréation ! That was enough motivation to, at least, try to stay with the front pack and endure some pain. At the sound of the gun, I went hard to stay with the leaders. After the first KM, I was in 5th place with 4th and 3rd in sight and 6th breathing down my neck. After the second KM, I had pulled away from the guy behind and was keeping the two in front in sight. At the first downhill section, I put the hammer down and went by the fourth place runner. At the 3.5k mark, we hit the first steep technical climb, I pushed really hard and managed to build a gap with the 5th place runner. I ran the next 3KM alone, not seeing anyone in front nor behind me. In the middle of the second big climb, trouble was coming fast from behind, the 6th place dude had passed the guy in 5th and was coming for me. We exchange position back and forth for the second half of that 2KM long climb. I knew he was stronger on the flat, I was hoping for some downhill to be able to stick with him until the end. That long climb ended up on a little plateau, just long enough for me to get in front. And that’s where I saw it; a hard, long, technical downhill! I hit it as fast as I could and manage to build a 50 sec gap. On top of it, I was now running on the heels of the guy in 3rd place. Luckily for me, the last 4km were mostly downhill. I kept the fastest pace I could, went by 3rd place and hold on with the thought of having not only a belt buckle but also to get rid of my 4th place jinks. I finally crossed the finish line with a 20 sec lead on 4th place, a huge smile on my face and lots of pain in my legs ! But the pain is temporary and the podium picture is there forever !

img_0564

img_0555-1

 

And what about my #1fan ?  Well, while getting her bib I found that, at 4 years old, she was the youngest entered in the 2km. She ran all the way with her mom and finished with a huge smile on her cheetah painted face !

Les 100 à B7 (FR)

Depuis 3 ans, quand l’été tire à sa fin et que ma saison de triathlon est terminée, c’est le temps de ressortir mon bon vieux vélo de route en alu. J’y monte les plus gros pneus possible et je vais rouler sur les chemin de terre. Rouler pour le plaisir de rouler, sans regarder la distance, la vitesse ou le temps, et surtout pas d’intervalle !!

img_0430

Au Québec, la randonnée ultime de l’automne est sans aucun doute les 100B7,dans les cantons de l’est. Cette “ride” amicale, qui n’est pas une course mais où ça roule fort à l’avant, est organisée par Lyne Bessette. À chaque année, elle nous fait découvrir les plus belles routes non asphaltées de sa région. Un délice pour les yeux, on y voit des paysages radieux à un moment de l’année où dame nature commence à changer les couleurs du feuillage. C’est également un délice pour les jambes! Dans ces routes, soit on monte, soit on descend ! On y rencontre toutes sortes de côtes : longues, courtes, raides, faux plats… Si vous pouvez l’imaginer, Lyne l’a trouvé ! On y rencontre aussi différents passionnés de vélo : des fous de vélo de montagne, les crinqués de cyclocross, des gros rouleurs de route, des pros, des ex-pros, des triathlètes et aussi de simples amateurs de vélo. C’est cyclo sans prétention où tout le monde s’amuse, mais il faut arriver au départ en bonne forme !

Si vous n’avez pas encore roulé sur des chemins de gravelle et de terre avec un vélo de route, c’est une chose à mettre à votre liste ! C’est aussi simple que de mettre des pneus un peu plus large (25mm ou 28mm) et d’aller apprécier l’expérience de croiser plus de chevaux que de voiture sur votre parcours ! Et pour être honnête, au Québec, les chemins de terre sont souvent plus beaux que les routes asphaltées !

 

IRONMAN Mont-Tremblant 2016 (FR)

Au fil d’arrivée, la voix des Ironman, Mike Reilly, était au micro : “Vincent Fortin, YOU ARE AN IRONMAN !”

Lorsque j’étais jeune, je regardais le Ironman d’Hawaï à la télévision et je me disais que les hommes et femmes qui y participaient étaient des athlètes vraiment complets ; ils nageaient, roulaient à vélo et couraient, et tout ça dans la même journée. En grandissant, j’ai pris conscience des distances qu’ils parcouraient et de l’énormité voir l’impossibilité qu’était une épreuve Ironman. Lorsque  j’ai commencé à faire du triathlon, j’avais un grand respect pour ceux qui avaient accompli des Ironmans. Plus je m’impliquais dans ce sport et que je côtoyais des Ironmans et Ironwomans, j’ai commencé à penser que moi aussi je pourrais peut-être en accomplir un. Et c’est comme ça qu’au mois d’août 2015, je me suis inscrit au Ironman Mont-Tremblant, un évènement qui, 2 ans auparavant,  je croyais réservé aux supers athlètes.

Les prévisions météo pour le jour de la course étaient loin d’être idéales. Il annonçait de la pluie forte et des risques d’orage. La veille de la course, à la réunion des athlètes, les organisateurs nous ont présenté différents scénarios, si au matin de la course, la météo était très mauvaise, et qu’ils devrait de raccourcir ou ,même annuler la nage. Même si la natation n’est vraiment pas ma portion préférée d’un triathlon, la dernière chose que je voulais c’était que la natation soit annulée et de faire le ⅔ d’un ironman. Après avoir passé autant d’heures à la piscine, un premier Ironman sans natation aurait été très décevant. Mais la chance était avec de notre côté puisqu’au matin de la course, la météo était assez bonne, sans brouillard sur le lac ou d’orage à l’horizon. On allait pouvoir nager. Après avoir fait mon échauffement dans un lac Tremblant qui était anormalement chaud, j’ai regardé le départ des professionnels. J’ai ensuite rejoint les autres athlètes de mon groupe d’âge pour prendre le départ. Les premiers 1.4km dans le lac ont été sans histoire. Il y avait  bien sûr l’habituel tumulte du départ. Lorsque 400 hommes entrent dans l’eau en même temps, on s’échange inévitablement  des coups de coudes et de pieds. J’ai rapidement pris un rythme confortable et j’ai nagé à l’intérieur des bouées. Arrivé au premier virage, je me suis vite rendu compte à quel genre de météo j’allais avoir à faire face durant la journée. Le vent s’était levé et le lac Tremblant, reconnu pour être lisse comme un miroir, était déchainé. Les vagues nous cassaient sur la tête et nous empêchaient de voir les prochaines bouées. À ce moment-là,  j’ai réalisé que  j’allais me battre contre la météo et non contre la montre. Sur le long retour vers la plage, on nageait contre les vagues et, à chaque respiration, je voyais le ciel qui se couvrait de plus en plus. Après 1h08min, je complétais les 3.8km de natation à l’intérieur de mon objectif. Après que les bénévoles m’aient aidé à retirer ma combinaison isothermique, je m’élançais vers la tente de transition.

127_3rd-117057-DIGITAL_HIGHRES-1360_004895-3239057

Le vélo est toujours la partie que je préfère et j’aime rouler à Mont-Tremblant. Lorsque j’ai enfourché mon vélo, la chaussée était sèche et il faisait chaud. Je me sentais bien et j’étais vraiment heureux de roulé. Mais, seulement 30km plus tard, dame nature a montrée son côté sombre. Le vent s’est levé et la pluie a commencé à tomber…. Mais tomber fort. J’ai gardé ma concentration sur ma puissance déployée, manger et boire. Le parcourt de Mont-Tremblant est constitué de deux boucles de 90km. À la fin de la première boucle, la pluie forte était devenue diluvienne et les descentes devenaient de plus en plus dangereuses. Certe une chaussée mouillée est plus glissante en vélo mais, en plus, il y avait littéralement des petits ruisseaux qui traversaient la route et je ne pouvais garder les yeux ouverts au-dessus de 40km/h tellement la pluie était forte. C’est à ce moment que j’ai réalisé que mon objectif #1 pour mon premier Ironman était simplement de terminé en un seul morceau, peu importe le chrono. J’ai donc adopté une stratégie conservatrice plus lente et plus sécuritaire, mais avec plus de chance de compléter la course jusqu’à la fin.

Au début de la deuxième boucle, même si je roulais prudemment et que tous les virages et descentes étaient abordés plus lentement, j’étais dans mes objectifs de puissance moyenne. Mais la pluie commençait à me peser lourd sur le moral. Pour me divertir, je chantais “Si tu aimes le soleil” et “ yellow submarine”.  Je mangeais également mes rations spéciales que j’avais dans mes poches de maillot, expressément pour ses moments plus difficiles. Lorsque  j’ai traversé la “rivière”, entre la montée Ryan et la 117 Nord, mon capteur de puissance a rendu l’âme! Je devais donc gérer mon effort purement à l’instinct plutôt que d’avoir une mesure tangible (puissance déployée en watts) sur quoi me fier. Dans les épreuves d’endurance, spécialement dans des conditions venteuses et côteuses, pouvoir gérer son effort à partir d’une mesure tangible est la meilleure façon de s’assurer garder l’allure sans toutefois dépenser trop d’énergie. Le vent c’était définitivement invité à l’épreuve et la région de Mont-Tremblant est loin d’être plat comme une crêpe! Mon deuxième passage sur le 117 nord c’est tout de même bien déroulé, mais j’ai commencé à avoir froid au retour. Mon ordinateur de vélo indiquait 18 celsius, la pluie n’avait en rien diminué et j’affrontais un fort vent de face. Il faisait froid et  j’éprouvais vraiment de la difficulté à garder ma chaleur. Pour éviter l’hypothermie, je descendais encore plus lentement les côtes et je poussais fort dans les montées pour générer de la chaleur. J’ai maintenu cette stratégie pour les 50 derniers kilomètres et, bien que c’était la bonne chose à faire pour gérer ma température corporelle, je ne pouvais pas prendre avantage de la vitesse des descentes pour avoir un momentum dans les montées. Je dépensais donc beaucoup d’énergie à chacune des nombreuses montées et ce n’était définitivement pas une bonne stratégie pour le marathon à venir.

Quand je suis finalement arrivé à la transition après tout prêt de 5h40 sur le vélo, j’étais soulagé.  Soulagé de ne pas être trop derrière mon objectif en considérant la météo, mais surtout parce que j’avais roulé sur des routes plutôt dangereuses pendant 5 heures et j’avais survécu !! Et même si je ne sentais plus tous mes orteils, je n’étais pas en hypothermie. À la tente de transition, j’ai pris le temps de bien essuyer mes pieds, d’enfiler des bas secs, de manger un peu et de finalement m’élancer pour commencer le marathon.

Le parcours de course à pied est constitué de 2 boucles de 21.1km avec des stations d’aide qui offrent de l’eau, du gatorade et de la nourriture à tous les deux kilomètres. Bien avant le départ de cette journée, je savais que mon point faible allait être la course à pied. Je manquais de volume d’entraînement pour être confortable à cette distance. J’ai donc débuté à un rythme facile et confortable. Après la première station d’aide, j’ai vu ma femme, ma fille et quelques-un des mes partenaires d’entraînement qui m’encourageaient sur le bord de la route. C’est un gros plus pour le moral de voir des visages familliers. J’ai pris soin de distribuer des “high-five” à tous et j’ai même discuté un peu avec Dominique qui a couru une centaine de mètres à côté de moi. Pour le reste de la première boucle, tout était sous contrôle. Je suivais mon plan de nutrition à la lettre et je maintenais le rythme planifié. À la fin de cette première boucle, j’avais hâte de repasser devant ma famille et mes amis, les revoir et recevoir leurs encouragements m’ont donné la motivation nécessaire pour entamer la deuxième boucle.

Au 23e kilomètre, il y avait quelque chose qui clochait; tout ce que je mangeais ou buvais depuis les derniers kilomètres semblait s’empiler dans mon estomac; je ne digérais plus rien. J’étais confronté à deux choix : Continuer à courir et voir jusqu’où j’étais pour me rendre sans apport d’énergie, ou marcher dans l’espoir de faire baisser mon rythme cardiaque pour que ma digestion redémarre. Encore une fois, la décision a été prise en fonction de mon but premier, finir cette course. J’ai donc marché environ 500 mètres et je sentais que mon estomac allait mieux. J’ai pu boire de l’eau et recommencer à courir, à tout les 2 stations d’aide je marchais en peu pour pouvoir mieux manger et m’hydrater. Autour du kilomètre 26, j’étais mentalement très fatigué, les 5 heures de vélo passées sous la pluie m’avaient taxé. Pour m’occuper l’esprit j’ai commencé à courir chacun des kilomètres en pensant à une personne qui m’avait aidé durant mes entraînements. J’ai donc couru le 26e kilomètre en pensant à ma femme, le 27e pour ma fille, le 28 pour Éric (un partenaire d’entraînement) et j’ai continué ce petit jeu jusqu’au kilomètre 39, où je pouvais enfin sentir la fin. Plusieurs émotions me traversaient l’esprit durant les derniers kilomètres ; j’étais content d’être si prêt de l’arrivée, mais j’étais surtout plus que tanné d’être complètement trempé. Parce que, bien sûr, la pluie a continué pour la plus grande partie du marathon. Je voulais simplement en finir, combattre la météo pendant plus de 11 heures m’avait épuisé physique et mentalement. En rentrant dans le village, j’ai accéléré pour la finale et, en croisant la ligne d’arrivée,  j’ai entendu ce pour quoi je m’étais inscrit; l’annonceur mythique des Ironmans, Mike Reilly dire “ Vincent Fortin, YOU ARE AN IRONMAN !”

Cela m’a pris plusieurs jours pour vraiment apprécier ce que j’avais accompli durant cette journée. J’aurais pu faire  mon meilleur temps avec des conditions plus favorables mais la météo atroce a occupé mes pensées durant toute la course et m’a complètement épuisée mentalement. Par contre, je suis très fier d’avoir complété cet évènement dans les conditions les plus difficiles de l’histoire du Ironman Mont-Tremblant. Un jour j’y retournerai pour, cette fois, me battre contre le chrono.

172_3rd-117057-DIGITAL_HIGHRES-1360_111088-3239102

L’entraînement préparatoire à un Ironman est bien plus difficile que la course elle-même. Jongler avec l’horaire afin d’y entrer les longs entraînements, le travail et la famille n’est vraiment pas une tâche facile. Depuis la journée de mon inscription à l’Ironman Mont-Tremblant il y a un an, j’ai accumulé 229 km de natation, 7249 km de vélo et 1596 km de course à pied. Et pour ça, je dois dire un gros merci à ma femme et ma fille, sans leurs patientes et compréhensions, je n’aurais jamais réussi à faire l’entraînement nécessaire pour réussir cette épreuve.

IRONMAN Mont-Tremblant 2016 (EN)

At the finish line, Mike Reilly the voice of Ironman was at the mic : “Vincent Fortin, YOU ARE AN IRONMAN !”

Growing up, I watched Ironman Hawaii on TV and I remember thinking that those girls and guys were such complete athletes; they swim, bike and run all in the same day !! As I grew older, I started to realize the distances they were doing and how enormous and impossible an Ironman seems to be. When I started doing triathlons, I looked up and admired Ironman finisher. As I got more and more involved in the sport, I started thinking that maybe I could complete one of these Ironman. In August of 2015, I signed up for Ironman Mont-Tremblant, I was registered for a race that, even 2 years ago, I thought was for super humans only.

The weather forecast for race day was far from ideal. Heavy rain and chances of thunderstorms were mentioned at the race meeting the day before. They presented us with 3 scenarios if they had to cancel or shorten the swim. And let’s face it, on your first Ironman,  after training for so long and putting all that hard work in the pool, the last thing you want is to have the swim canceled and do 2/3 of an ironman. But luckily enough, on race morning the weather was OK, no fog on the lake so we were going to swim ! After a quick warm-up in the unusually warm Lac Tremblant, I watched the pro start and I lined up with my start wave. The first 1.4km of the swim went fairly smooth, for sure like in any triathlon start you exchange elbows and kicks, but for 400+ grow man hitting the water all at once it was OK. I quickly settled into a comfortable pace and swam my way on the inside of the yellow buoy. When I got to the first turn buoy, I got my first taste of what mother nature had in store for us on that day. We were getting hit and bounce around by big waves in a lake that is usually smooth as glass. I knew , at that moment, that instead of racing the clock I would be racing against the elements. On the long way back to shore, the wave was hitting us straight on, and on every breath, I could see the sky getting darker. But still, after 3.8km, I exited the water on schedule in 1h08min, got my wetsuit peeled off by the volunteers and I was quickly back on my feet and running toward transition #1.

127_3rd-117057-DIGITAL_HIGHRES-1360_004895-3239057

The bike is always the best part for me and I really like riding in Mont-Tremblant. When I started the bike it was still warm and dry… Well, I was still wet from the swim but the road was dry. I felt good and was happy to be on the bike.  But 30km into the bike, the weather changed. The wind picked up even more and it started to rain… hard. I kept my focus on my average power, eating and drinking. In Mont-Tremblant, the bike course is  two 90km loop, and by the end of the first loop, the heavy rain turned into buckets of water falling out of the sky. Every downhill section became a dangerous challenge. Besides the fact that it was very slippery and creeks were literally coming down the road, the rain was so heavy that I could barely keep my eyes open above 40km/h. That is where I started thinking : it’s my first Ironman, and my number one goal is to finish. So better be safe (meaning slower !) and finish, then crash and DNF.

At the end of the first loop, even if I was biking extra careful at every turn and downhill, I was right on my average power target. The rain was starting to get to me, but I kept myself entertained by singing “yellow submarine” and eating the special treats I had in my back pockets ! As I crossed “the river” separating Montée Ryan from Highway 117, my power meter stopped working. Meaning I had to pace me effort for the last 80km purely on feeling versus relying on a tangible wattage measurement. During an endurance event, especially when it’s windy or if the road is hilly, relying on actual wattage is the best way to pace yourself throughout the bike course. It was now really windy and Mont-Tremblant is not flat !! Going up highway 117 for the second time went fairly well, but after the turn around, I really started to get cold.  My bike computer was showing 18C and  it was still raining hard with a strong head wind, I was really having a hard time keeping warm. In order to avoid hypothermia I was now going super easy on the downhills and pushing hard on the uphills, that way I was minimizing the wind chill factor going down and generating body heat going up. I stock with this strategy for the last 50km. And while this was a good thermoregulation plan, it also meant that I was spending extra energy by not taking advantage of the free speed in down hills, this was not good for the upcoming marathon.

When I finally got back to transition, I had spent just under 5h40min on the bike. I was so relieved because I was not too much behind my target time considering the weather, but most of all because I had survived 5h on of very sketchy riding. And, all though I could barely feel my toes, I was not in a state of hypothermia. In the changing tent, I dried off my feet with a towel, changed my socks, took some food and exited the tent to start the marathon.

The run course is composed of two 21.1km loops with aid stations offering drinks and food at about every 2km. Heading into this race, I knew my weakness was the run. I was lacking running volume to be comfortable on a marathon. I started the run at an easy and comfortable pace, right after the first aid station I saw my wife, daughter and some of my training partners cheering me from the side of the road. This felt super good, it was the first familiar faces I have seen since the swim exit almost 6 hours earlier ! I made sure to high five everyone and had a little chat with Dominique as she ran beside me for about 100m. For the remaining of the first loop, I was on pace and on target with my nutrition plan. The end of the first loop meant that I was passing by my wife, daughter and training partners again. It gave me extra the motivation to start the second loop.

At the 23rd KM, something was not right. Everything I drank or eat was just “piling up” in my stomach, I was not digesting anything. I was faced with two choices : continue to run and see how far longer I could run without processing any fuel, or walk and try to get my stomach going again. Again, since my first goal was to finish, a walked about 500m ; my heart rate dropped and my stomach was feeling better. I was able to drink some water and start running again. I continue to run and walk at every other aid station, this allowed me to eat and drink better. Around the 26th KM, I was mentally tired; the 5 hours of biking in heavy rain had taken a toll on my moral. To keep my mind occupied, I started putting names on every KM to go. So I ran kilometer 26 for my wife, 27 for my daughter, 28 for Eric (on of my training partner) and that went on until km 39, where I could finally taste the finish line. I had mixed emotions during the last stretch; I was happy to be so close to the finish line, but mostly I was really fed up of being dripping wet.  Yes, the rain had continued most of the run too, I just wanted to be done with that race. After more than 11 hours of fighting the weather, I was mentally and physically exhausted. Coming into the village, I pushed hard for the final sprint. Coming down the finish chute, I heard what I signed up for;  Mike Reilly calling my name “Vincent Fortin, YOU ARE AN IRONMAN !”

It took me a couple of days to really appreciate what I had accomplished. And I still have mixed feeling about that day. I know for a fact that I could have done a better time in decent weather. And also because I did not get to really enjoy the race. Dealing with the elements (wave, wind, rain, low temperature, etc.) occupied my thoughts throughout the entire day leaving me mentally drained. Still, I am very proud to have finished this event in probably the toughest condition ever seen at Ironman Mont-Tremblant. Someday, I’ll be back to race the clock on that course !

172_3rd-117057-DIGITAL_HIGHRES-1360_111088-3239102

Training for an Ironman is a lot more difficult than the actual race day is. Juggling the schedule between training, work and family is not an easy task. Since registering for Ironman Mont-Tremblant a year ago, I have logged 229km of swimming, rode my bike 7249km and ran 1596 km. A huge thank you to my wife and daughter who were comprehensive and patient enough to let me train for this.

Ironman Mont-Tremblant 70.3 2016 (EN)

I was heading to Ironman Mont-Tremblant 70.3 with the objective of breaking my personal best time on the half-Ironman distance. When the weather turned Mont-Tremblant into a convection oven, my plan was in the trash. I didn’t do my best time that Sunday but I raced my best half-Ironman so far.

This year, my off-season training went very well. Since I managed to stay injury free, I was able to build up good running volume. I alternated between running outside for the long run and on the treadmill for interval work. On top of that, I did quite a bit of snowshoe running ; I do believe it really helped my running form and strength. Montreal winter being what it is, bike training was done indoor from November to April. But the big difference for me this year is that I finally got a power meter, so training was a lot more precise and effective. On the swim side, most of the winter was spent working on my position in the water and trying to keep up with faster swimmers that are not even half my age. I even incorporated specific strength training, big thanks to Antoine at O’Gym who helped me reconcile with the “going at the gym” thing !!

While none-triathlete folks spent the national holiday attending outdoor shows and drinking beers ! I spent it packing up, dropping my dog at the sitter and driving up with my family to Mont-Tremblant. After checking-in at the hotel and unloading the car, we went down to meet friends at the ironman village. Everybody was talking about the weather forecast : “Weather man said 32C for race day, have you heard ? yeah it will be hot out there…”

Until then, I had a detailed race plan to execute. With all the training and the analysed data, I knew I could do 4h45min… But not in 30C + heat. When the weather turns very hot, the run speeds drop because you have to manage your body temperature and nutrition with a lot more attention. On top of just running slower because your body does not perform as well in high heat, you have to grab extra ice and water at every aid station and that slows you down even more.

On race day, when I got out of the hotel at 6AM, it was already hot. I headed down to body marking and then into transition to setup my gear. I then meet up with my bike mechanic who was also acting as my personal sherpa and we proceeded on the long walk to the swim start. The only positive side of the heatwave is that the water temperature was just shy of 18C. It was going to be a nice swim. As usual, I lined up  on the inside of the first row, pretending that I am a fast swimmer. The gun went off and we hit the water. I swam hard to the first buoy to avoid the chaos has much as possible and then set into my race pace. I started catching up to the slowest swimmers of the previous waves way before the first turn buoy. I was swimming strong and passing swimmers left and right without slowing down too much. When I could finally see the bottom of the lake, I knew I only had about 400M to go. I started kicking harder and visualizing the long barefoot run into the first transition (T1). I was out of the water right on target in 31min10sec.

On the run to T1, I high fived my wife, daughter and a couple of friends who were cheering their lungs out for me ! It wasn’t my fastest transition from swim to bike because the transition area is so big with so many bikes, even if I did practice entering and exiting the day before I had a hard time finding my bike. Once I finally got on the bike,  the plan was simple : go medium-easy for the first 15km and then settle into my race.The first 30km went by pretty fast, I was passing loads of peoples. So much in fact that I started to wonder if I wasn’t pushing too hard. After the turn around on highway 117, the weather started to play a role in the race. I could really start to feel the heat and a noticeable head wind was blowing on the way back to St-Jovite. But, I kept the pace and was still passing people. At the 2nd turnaround in St-Jovite, the crowd was cheering loud and it gave me extra motivation for the final section. I only had the rollings hills of montée Ryan followed by the up and down of Duplessis left to pedal. When I got to Duplessis, it was really really hot. I grabbed a water bottle from the aid station and poured it over my head and back to cool me down as I started to climb the 200M in elevation over 10km. On the way down, I was lucky enough to have very little traffic so I pushed hard on the final downhill and stopped the clock with a bike spit of 2h34min. I was still on target with my race plan, but I knew it was about to change.

It was almost noon when I came in the transition area for the last time. The sun was at it’s highest, it was beyond hot and not a single shadow to hide in. As I racked my bike and put on my running shoes, Lionel Sanders was finishing, winning with a big margin I should say. I thought to myself that this half-marathon will be a difficult one. I took an extra 20sec to put on some sunscreen and went for it. The first hills of this course are pretty steep when stepping of the bike, I took them with an easy pace thinking I would make up time on the way down to the old village. But unfortunately, it was just too hot for me to push anything close to a fast pace, I tried several time to speed up with every trick I have but the “alarm lights” came on every time. The heat was dictating my pace, all I could do is pack my suit with ice and pour water over me at every aid stations. This strategy kept me cool enough to manage to get to the finish line in a slow but steady pace. I finally stopped the clock with a run split of 1h44min, my second slowest half-marathon time ever.

I learned a few important things during and after this race. First, all the hard work I have put into my swimming is starting to pay off. Second, I really have to speed up my transition, I’m losing way too much time there. Third and most important,  my nutrition and hydration strategies are spot on. Darcy from Infinit Nutrition Canada helped me customize my personal formula that I drank on the bike and run, never did I lose energy or felt dehydrated. It may not seems like much but after seeing so many people feeling ill on the course and at the finish line, I think it’s a pretty big deal to have you hydration/nutrition dialed in when the going gets tough in an endurance event.

Although the total time of 4h57min does not reflect the effort that was deployed during this race, the ranking does not lie ; 20th out of 362 finisher (403 registered) in my age group is pretty good for a guy with a full time job and a family.

finisher-immt703

In the next two months, I will be focusing on training to get back to Mont-Tremblant for the full Ironman distance at the end of August, and the Montreal ITU triathlon world cup.

13124719_1106538262738584_4705038745724426740_n.png

 

Montreal Scotia Bank Half Marathon 2016 (EN)

I really must stop entering early season road races, it’s always too cold !! This Montreal Scotia Bank Half Marathon was cold, sunny and gave me my half marathon personal best time.

I signed up for that Half Marathon in the dead of winter thinking or hoping for a early warm spring. The two goals for this race were #1 to validate my running fitness before the triathlon season and #2 hit my personal best time (PB) on 21.1k . Oh boy was I wrong !

IMG_1385

My winter training went very well, the speed work and endurance build up were both on target. For the first time ever I had no pain in my hips, so thing were looking very good to hit my PB. But, there’s always a but, I caught a really bad cold a month leading up to the race. I spend a whole week fighting fever, congestion, headacks and overall muscle soreness. When I got back to training I was unable to hit any of my intervals, my legs had no speed. I was mentally in a pretty low place, the confidence that I could run fast and long was just not there. It’s hard enough for me to find motivation to run a road race because I like triathlon a whole lot better, now the temperature forecast was around the freezing point and I was not pleased. I really needed to change my race strategy and try to find a goal to keep me going for 21.1k. Luckily, my runner partner Sonia was also doing the race. I figured that  if I don’t have the legs to run fast and it’s so cold that no piece of skin can be left uncovered, I might as well have fun !! So we decided to run together for at the least the first 10k. We negotiated the pace to hold right to the very start, she wanted to go between 4:20/k and 4:30/k and I wanted 4:15/k. So we finally “kind of agreed” to go 4:20/k on the first kilometre and then speed up to a steady 4:17/k. And just like the world class runner that she is, Sonia paced me right on those timings. My legs felt OK but my mind was everywhere. I kept telling myself that everything was good, that I was on a decent pace with no pain and to focus on the moment. In the meantime, my running “buddy” kept me entertained by spotting wardrobe malfunctions on other runners and telling me to smile every time she saw an official photographer !

IMG_1390

This went on for exactly 10.5k, when she then ordered me to press on and go solo… So, who am I to argue with a lady ?! I then picked up the pace to 4:14/k and slowly started pulling away from Sonia. Again, I really had to focus on the present moment, my mind wanted the race to be over, even though my legs were fine and I was not in any pain. So, I kept up the pace and went by many runner that started too fast and were starting to slow down. This mental battle went on from kilometer 12 to 19. At the 19k, I could feel the end and pushed a little more to finish strong.

IMG_1399

I crossed the finish line with a personal best of 1h 30min and 16sec. I’m very happy with this performance, considering the illness and lack of quality training leading up to the race. This places me 32nd out of 256 in a very strong age group !! But hey, I’ll take a PB and a negative split half-marathon over a top 10 finish any day! Things are looking good for the upcoming triathlon season.

IMG_1398

And if you are wondering about Sonia’s second half… She was not far behind with a time of 1h31min42sec, good enough for 2nd place in her age group !!

IMG_1383

PS: For my friends who love numbers and technology and are wondering how and where could I have shaved 17 sec to get a sub 1h30min, this screenshot is for you 😉

IMG_1393

Demi-Marathon de Montreal Banque Scotia 2016 (FR)

Il fait toujours froid au printemps, je dois vraiment arrêter de m’inscrire à des courses en début de saison! Le Demi-marathon banque Scotia de Montréal a été froid, ensoleillé et m’a permis de faire mon meilleur chrono
pour un demi-marathon.

Je m’y suis inscrit en plein milieu de l’hiver, en pensant à tort qu’on aurait cette année un printemps hâtif et chaud. J’étais vraiment dans le champ ! J’avais alors deux objectifs en tête : #1 valider le niveau de ma course à pied en prévision de la saison de triathlon et #2 faire mon meilleur temps (PB) sur 21.1km.IMG_1385

Cette année, mon entrainement hivernal c’est très bien déroulé, la vitesse et l’endurance étaient au rendez-vous. Pour la première fois, je n’avais eu aucune douleur aux hanches, tout était en place pour faire mon PB. Par contre, la vie étant ce qu’elle est, j’ai attrapé une grippe quatre semaines avant la course. Après une semaine passée à combattre la fièvre, la congestion, le mal de tête et d’être courbaturé des pieds à la tête, j’ai lentement repris l’entrainement. Mais la forme n’y était pas, je manquais de vitesse ni d’endurance. Pendant trois semaines, j’étais incapable de faire mes intervalles dans les temps et vitesses souhaités. Ça m’a donné un dur coup mentalement, je n’avais plus la certitude de pouvoir courir rapidement sur une longue distance. J’ai déjà de la difficulté à me motiver pour une course sur route (j’aime beaucoup mieux les triathlons !), alors la température qui s’annoncait autour du point de congélation me démoralisait. Je devais donc changer mes objectifs et refaire ma stratégie de course pour me motiver à courir ce 21.1km au froid. Par chance, Sonia ma partenaire de course était également inscrite. Je me suis donc dit que si je n’avais pas les jambes pour faire un super temps et qu’il fait si froid qu’on doit se couvrir de la tête aux pieds, aussi bien avoir du plaisir et courir à deux, cela serait plus plaisant ! On a donc décidé de courir ensemble pour au moins les premiers 10km, mais il fallait s’entendre sur la vitesse à laquelle on allait courir. Les négociations ont perduré jusqu’au signal de départ, elle voulait courir entre 4:20 et 4:30 du km, de mon coté je voulais y aller pour 4:15. Au dernier instant, on s’est “presque” convenu de faire le premier kilomètre à 4:20 et d’accélérer à 4:17 pour la suite. Fidèle à sa réputation et à son calibre international, Sonia a tenu le rythme à la seconde durant les premiers kilomètres. Pour ma part, physiquement tout allait bien. Je sentais mes jambes fortes, mais mentalement je n’avais pas de focus. Je me répétais régulièrement que tout allait bien, qu’on tenait le rythme, que je n’avais aucune douleur et de me concentrer sur le moment présent . Mais je commencais déjà à trouver ça long. Pendant ce temps, ma “running buddy” me divertissait en me faisant remarquer, telle une “fashion police”, les faux pas mode de certains coureurs et coureuses. Et elle me rappelait de sourire à chacun des photographes qu’on croisait sur le parcours !

IMG_1390

Après 10.5km, Sonia m’ordonne d’accélerer et de partir seul pour le reste du trajet. Qui suis-je pour contredire une dame ! J’ai donc accéléré le rythme à 4:14/km et j’ai commencé à lentement distancer ma partenaire. Mais là encore, je devais me concentrer à me garder focussé sur le moment présent, pour éviter les pensées négatives. À ma grande surprise, mes jambes étaient toujours en bon état. Je ne ressentais aucune des douleurs qui me sont habituelles lors de mes longues sorties de courses à pied, mais ma tête avais hâte que cette course se termine. Cette bataille mentale a durée du 12e au 19e KM, alors que je me concentrais à garder mon rythme, je dépassais plusieurs coureurs partis trop rapidement qui commençaient à ralentir. Chacun de ces dépassements furent un petit plus pour le moral. À partir du 19e km, je pouvais sentir la fin et commencer pousser encore un peu plus pour enfin en finir avec ce parcours.

IMG_1399

J’ai croisé le fil d’arrivé avec un chrono officiel de 1h30min16sec, mon record personnel ! En considérant la maladie et le manque d’entrainement de qualité dans les semaines qui ont précédé cette course, je suis doublement heureux. Ce résultat me place 32e de 256 dans mon groupe d’âge qui est toujours aussi compétitif. Mais,  je préfère un PB et un “split négatif” sur un demi-marathon qu’un top10! Je pense que la forme sera au rendez-vous cet été pour la saison de triathlon.

IMG_1402

Pour ceux qui se demandent comment a été la deuxième moitié de course de Sonia…. Et bien elle n’était pas trop loin dernière avec un temps de 1h31min42sec, ce qui lui donne la 2e place de son groupe d’âge. Bravo So !IMG_1383

PS: Pour mes amis amateurs de chiffres et de techno, vous êtes sûrement en train de vous demander où et comment j’aurais pu aller chercher 17sec pour finir sous les 1h30min. Et bien cette image est pour vous !

IMG_1393

Pentathlon des Neiges 2016 (FR)

pentathlon

L’an passé, quelques-uns de mes compagnons d’entraînement sont revenus du Pentathlon des Neiges de Québec avec des étincelles dans les yeux et la mission de ramener des nouveaux avec eux l’année suivante!! Tout l’été, ils m’ont vanté cet événement et les bienfaits de tous ces beaux sports d’hiver sur la préparation pour le triathlon d’été. Je me suis laissé convaincre que la course en raquettes avait du bon pour travailler la technique et la force musculaire nécessaire à la course à pied. Je me suis donc procuré des raquettes de course au début de l’hiver et je me suis rapidement fait repêcher par mon amie Dominique afin de participer au Pentathlon Longue distance en Tandem.

Je n’ai jamais fait de ski de fond en pas de patin et mon expérience en patins se limite principalement aux patins à roues alignées, nous avons donc élaboré un plan plutôt simple. J’allais faire le vélo (14km), enchaîner avec la course à pied (5km) pour ensuite donner la puce électronique à Dom. Elle ferait le ski de fond (9.5km) et le patin (7.4km) pour  finalement me redonner la puce  pour que je termine avec la course en raquettes (5km). Un plan simple et efficace !

Préparation

Cette année,  l’hiver s’est fait attendre… longtemps. J’ai fait ma dernière sortie de vélo le 24 décembre !! J’ai continué à faire des entraînements de vélo intérieurs et j’alternais la course à pied entre le tapis roulant et courir à l’extérieur selon les caprices de dame nature. De son coté, Dom, une joueuse de hockey, apprivoisait ses longues lames sur une glace intérieure. Bien que l’impact du manque de neige au niveau course à pied, vélo et patin était donc plutôt négligeable,  pour le ski de fond et la raquette, c’était une autre histoire. Il a fallu tirer profit du peu de neige reçue en janvier/février pour se familiariser avec les raquettes et les skis de fonds. En raquettes, j’ai réussi à accumuler environ 50km de course, en incluant une compétition (La Babichoise). Et pour Dom, quelques sorties en ski sur les sentiers de St-Bruno, un camp d’entraînement au Mont Ste-Anne, et un podium au triathlon d’hiver ITU de Québec à titre de réchauffement.

La météo joue toujours un rôle important lors de compétitions extérieures, mais l’hiver, la météo élève le de complexité. Gants, tuques, manteaux,  sous-vêtement thermique, bas, souliers, lunette, casque ; il faut bien gérer l’habillement pour avoir ni trop froid, ni trop chaud et rester au sec en cas de neige, verglas ou pluie. En équipe, il faut aussi prévoir des couches supplémentaires à enfiler et retirer facilement entre les différents sports lorsqu’on attend notre équipier dans la zone de transition. Le choix des équipements est également influencé par les conditions : vélo de montagne lors de précipitations de neige abondantes, vélo de route lorsque tout est sec, et choix de fartage des skis selon la température et les conditions de neige. Enfin il faut aussi planifier l’hydratation, penser à utiliser des bouteilles isolées pour éviter d’avoir à sucer un popsicle de gatorate ou même boire un bouillon chaud pour aider à se débarrasser des frissons avant le départ !

C’est donc avec beaucoup d’équipement et un certain stress d’avoir oublié quelque chose que nous nous sommes retrouvés sous le grand chapiteau du Pentathlon. Plusieurs autres membres de notre club, Les Triforts de Chambly, commençaient également à arriver. On profite de la chaleur du chapiteau pour enfiler nos vêtements de course et discuter avec les autres athlètes en rassemblant tout notre matériel ;  vélo, souliers, skis, pôles, patins, bottes, raquettes, etc.  Ensuite, direction zone de transition pour installer tout ça de façon effectuer nos transitions le plus efficacement possible.

Après avoir bien écouté les consignes du directeur de course et s’être assuré de bien savoir combien de tour il fallait faire pour chacun des parcours (4 tours vélo, 3 tours course, 3 tours ski, 20 tours patin et 3 tours raquettes), il était maintenant temps d’aller installer le vélo sur un support tout près de la Grande-Allée et de se préparer un départ de type LeMans. Dans un départ LeMans, le compétiteur doit courir jusqu’à son véhicule pour ensuite s’engager dans le circuit. Dans le cas du Pentathlon, nous devions courir une distance d’environ 300m sur surface enneigée avec nos souliers de vélo. Les supports de vélo étaient installés dans les 50 derniers mètres de cette course un peu chaotique. Une fois la ligne d’embarquement franchie, je suis allé plein gaz pour quatre tours. C’était plutôt inusité de voir autant de type de vélos dans la même course ;  vélos de montagne, hybrides, cyclocross et vélos de route. À l’exception d’une boucle de 50m dans la neige où il fallait absolument débarquer de notre monture, la surface était humide avec des restants d’abrasifs (sable, calcium et roche) ce qui rendait le pilotage un peu délicat.  Les vélos de route et de cyclocross étaient le choix par excellence.

Les derniers 100m du parcourt de vélo vers la zone de transition étaient sur de la neige trop profonde et molle pour rouler, il fallait courir à côté de notre vélo. Disons que c’était un bon échauffement pour la course pied. Une fois dans la zone de transition, j’ai rapidement rangé le vélo, changé de souliers pour ceux de course et, finalement, enlevé mon casque et mon coupe-vent. La transition c’est bien déroulée, mais ce que je craignais arriva ; je ne sentais plus mes pieds tellement ils étaient gelés !!

Je me suis élancé sur le tracé de course à pied qui était majoritairement sur surface asphaltée. Le dernier tiers du parcours, une section d’environ 800m enneigé, avait lieu sur les Plaines d’Abraham et devait être complété à chacun des trois tours. C’était plutôt taxant sur les jambes puisque la neige molle et glissante brisait le rythme accumulé pendant la section sur route. C’est ici qu’on commençait à voir les différentes stratégies des équipes tandem. Certaines lançaient des coureurs aux jambes fraîches dans la mêlée tandis que d’autres, comme nous, avaient choisi de garder la même personne pour le vélo et la course. J’ai réussi tant bien que mal à garder un rythme de course honnête même si, à la fin du 5km, je ne sentais toujours pas mes pieds qui étaient totalement gelés ! Lorsque je suis entré à la transition, après 21min de course, j’ai donné la puce électronique à Dom qui m’attendait avec ses skis de fond en main. Je me suis dirigé subito presto à la roulotte chauffée afin de sécher mes vêtements et de me dégeler les pieds !

Malgré une neige très dure et une expérience plutôt limitée avec des skis de fond de style patin, Dom s’en tirait très bien sur le long tracé des Plaines.  Aussitôt mes pieds dégelés, je suis retourné à la zone de transition pour attendre ma coéquipière et l’assister dans sa transition du ski de fond vers le patin de vitesse. Une fois débarrassée de ses skis et équipée de ses lames de patin, Dom s’en allait en mission sur la glace. Le patin est définitivement sa force et peu nombreux sont ceux qui l’ont doublé sur l’anneau de vitesse. J’ai à peine eu le temps d’enfiler mes raquettes et de m’échauffer un peu que les 20 tours de patin étaient terminés et ma partenaire revenait en zone de transition pour une dernière échange de puce.

5km nous séparait de la fin de l’épreuve. Un parcours de 3 tours, toujours à travers les Plaines d’Abraham, avec de courtes mes brutales montées. La fatigue se sentait chez nos concurrents et j’ai décidé d’attaquer dans toutes les descentes, endroit où la majorité des gens en profitent pour récupérer. J’ai réussi à doubler plusieurs de nos concurrents et gagner quelques positions dans notre catégorie, pour finalement passer le fil d’arrivé avec un respectable temps cumulatif de 2h30min. Pas mal pour un tandem qui en était à sa première expérience.

On ressort tous deux de notre premier Pentathlon des neiges avec un grand sourire et un solide sentiment d’accomplissement. On a tous les deux engrangé de l’expérience en sport d’endurance hivernal. On a déjà passé sous la loupe nos performances personnelles et relevé les points à améliorer pour l’an prochain…. À moins qu’on y participe en catégorie solo… qui sait !

La Babichoise 2016 (FR)

En novembre dernier,  j’ai cédé à la pression de mes coachs et partenaires d’entrainement : je me suis procuré des raquettes de course ! On me disait que cela serait bon pour améliorer ma technique de course et mon cardio. Donc, une fois les raquettes en mains, je me suis fait “recruter” pour faire le pentathlon des neiges en tandem. Et, histoire de me préparer, je me suis inscrit au championnat québécois de course en raquettes, La Babichoise; 10km de plaisir assuré !!

IMG_0913

Cette année, l’hiver s’est fait attendre. Je suis donc arrivé au parc Maisonneuve pour le départ de la Babichoise avec seulement 23 km total d’expérience en raquette. La météo était superbe, -4 c avec une belle neige qui tombait. Quatre tours du parc Maisonneuve était au menu pour compléter les 10 km. Après avoir fait un tour relax en guise de reconnaissance du parcours et de réchauffement, c’était maintenant l’heure des choses sérieuses. La stratégie de départ était simple, partir rapidement pour éviter l’étranglement du premier boisé. Pour une course en raquette, le rythme au départ était très rapide. Je me suis accroché au groupe de tête pour environ 1km, pour ensuite me suis retrouvé seul, personne à l’arrière et personne à chassé. J’ai maintenu mon rythme, seul de mon monde, pour trois tours. Puis finalement, au dernier tour, j’ai rattrapé quatre coureurs. Mon intention était de finir fort au dernier tour, mais mes chevilles et mes bandelettes n’étaient pas tout à fait d’accord avec mon plan ! Mon dernier tour a été le plus lent.  La course en raquette est exigeante à tous les niveaux : le cardio et l’effort musculaire sont rudement mis à l’épreuve car, l’énergie déployée à chaque pas et absorbée par la neige. Et il faut également traiter avec la surface toujours changeante et instable qui nous taxe les articulations.

IMG_0937

J’avais deux objectifs plutôt simples pour cette première course en raquette :  #1 Prendre de l’expérience en vue de ma participation Pentathlon des neiges et #2 Finir sous les 60min. Pour l’expérience, c’est fait ; 10 km de plus dans des conditions très différentes de mes pistes d’entrainement. Bien que j’ai fini avec un temps officiel de 58min 54sec, je suis exclus du top 10 général et du podium de ma catégorie par une seule place ! Ce n’est que partie remise pour l’année prochaine.

12489329_790536721073701_9065601109414342734_o